Campagne ”Je suis un petit trésor, et un lutin…”

campagne_tresor

Je suis Antoine,  j’ai 9 ans, et j’suis un petit trésor…

Moi, j’sais depuis longtemps que j’suis autiste. Les tables de multiplication et les mathématiques, c’est vraiment dur pour moi. Il parait que j’suis aussi anxieux, c’est vrai…des fois j’panique pour un rien, et ça m’ prend beaucoup de temps pour me calmer. J’dors pas très bien et j’réveille tout le monde à la maison. Mais, j’suis super bon en géographie. J’adore les cartes routières et avec moi, on s’perd jamais. Mon rêve c’est de devenir camionneur.

…et un lutin voyageur…

Je suis Hugo, j’ai 11 ans, et j’suis un petit trésor…

J’aime pas trop parler de ma maladie parce que c’est difficile à comprendre. Depuis que je suis tout petit, je fais des psychoses. Je vois des choses que les autres voient pas. Il a fallu que je reste à l’hôpital plusieurs fois. On me dit que je suis fou, mais c’est pas vrai, j’ai une maladie et ça se soigne. Quand je vais bien, j’ai des bonnes notes à l’école. Mes parents et mes frères et sœurs sont super gentils avec moi. Ça m’aide beaucoup.

…et un lutin, curieux…

Je suis Arielle, j’ai 15 ans, et je suis un petit trésor…

Salut, moi j’ai un TOC, un trouble obsessif-compulsif. Au primaire, j’étais première de classe, puis j’ai commencé à avoir peur de ne pas réussir. Tellement que je me suis inventé des trucs pour y arriver. C’était pire, je n’arrivais plus à dormir ni à étudier parce qu’il fallait toujours que je fasse mes trucs. Aujourd’hui ça va mieux. J’espère un jour devenir travailleuse sociale pour aider d’autres jeunes comme moi.

…et un lutin attentionné…

Je suis Olivier, j’ai 10 ans, et je suis un petit trésor…

Moi, ma deuxième année a été la plus difficile de ma vie. Mes parents se sont séparés. J’avais peur de tout, j’voulais plus quitter ma mère. À l’école, j’pleurais, tout le temps. Je rêvais de m’envoler et de rejoindre mon grand-père au ciel. J’voulais pas parler au médecin qui s’occupait de moi. Il a découvert que j’aimais les aventures d’Amos D’Aragon, et là ça a cliqué. Tout à coup j’allais mieux. Maintenant j’écris mes histoires à moi,  et ça me fait du bien.

…et un lutin aventurier…