Des stylos au profit de la Fondation les petits trésors

graphique jc4

Pour une 2e année consécutive, la Fondation les petits trésors est très heureuse d’annoncer que le Groupe Jean Coutu et Chantal Lacroix ont choisi de soutenir la cause de la santé mentale des enfants et des adolescents du Québec.

Rappelons que l’an dernier, la campagne avait amassée 115 000$!

Vous êtes invités à acheter un stylo dans l’une des pharmacies Jean Coutu, à travers tout le Québec jusqu’au 20 décembre. Les sommes amassées contribueront à faire avancer la recherche, les soins en santé mentale et en autisme, à développer des outils thérapeutiques destinés aux enfants et aux adolescents, et à offrir du répit aux parents.

La santé mentale, surtout celle des enfants, reste taboue, même si on en parle plus souvent qu’avant.

« Un handicap visible, s’il comporte son lot de difficultés et de préjugés, attire la sympathie des gens, voire leur empathie. Mes enfants vivent avec un handicap invisible, plusieurs troubles de santé mentale, qu’il est facile d’associer à des comportements socialement inadéquats, inappropriés, inacceptables. Qu’il est facile aussi d’associer à une mauvaise éducation.

 S’afficher publiquement c’est prendre le risque de les stigmatiser. Tolérer l’intolérable tous les jours, c’est le lot de centaines de milliers de familles qui comme la mienne ont un besoin urgent d’aide, pas d’être jugées. La santé mentale a besoin d’être connue, et reconnue. La santé mentale des enfants et des adolescents a besoin d’être concrètement soutenue »
-Nathalie, mère de deux enfants suivis en santé mentale

Le stylo rose à encre noire est serti de pierres naturelles. Il est offert dans un chic boîtier accompagné d’une recharge, au prix de 20 $. Pour chaque stylo vendu, le Groupe Jean Coutu et Chantal Lacroix s’engagent à remettre chacun 4 $ à la Fondation les petits trésors.

« Les statistiques sont dérangeantes. Il y a autant d’adultes que d’enfants qui souffrent d’un ou plusieurs troubles de santé mentale soit une personne sur 5. Ne rien faire c’est condamner nos petits trésors et leur famille à vivre à l’écart de la société. C’est inacceptable explique Chantal Lacroix, présidente du CA de la Fondation les petits trésors. « En intervenant tôt, on peut les libérer de cette prison intérieure et leur offrir un avenir », insiste-t-elle.

graphique jc2« Dans ma tête, c’est la tempête. Quand je sens que ça monte, je ne vois plus rien, je n’entends plus rien; j’explose. Souvent je ne sais pas pourquoi. Ça peut m’arriver partout, à l’école, à la maison ou au centre commercial. Je suis comme perdue dans ma tête et je suis toute seule. Les gens me regardent bizarrement. Quand le calme revient, beaucoup de choses sont brisées.»

— Camille 11 ans.